E-Cycle est en Ventes-Privées
Frais de port offert

Bienvenue sur le Blog Ecycle Réparation

La FFC autorise le VTT électrique

Les cyclistes utilisateurs d'un vélo à assistance électrique sont de plus en plus nombreux chaque année en France.
On remarquera que de plus en plus de cyclistes qui aiment la nature participent avec leur VTT à assistance électrique à différentes manifestations.
Si vous êtes en possession d’un vélo électrique conforme aux normes Européennes EN15194, la FFC, "Fédération française de cyclisme" autorise sous certaines conditions l'utilisation d'un vélo électrique pour certaines épreuves de loisirs.
Le conseil Fédéral de la FFC a donc adopté l’utilisation du vélo à assistance électrique lors de randonnée et d’activités de loisirs de manière officielle et sans ambiguité.
Seul les activités de loisirs auront le droit d’accepter un vélo à assistance électrique.
La FFC rappelle que les trois principes de base pour qu'un vélo ou un VTT électrique prenne le départ c'est que l’assistance ne doit s’enclencher uniquement par le pédalage et également se couper si l’on arrête de pédaler. Au dessus de 25 km/h l’assistance doit se couper et la puissance nominale du moteur ne doit pas dépasser 250 watts.
En savoir plus sur ce sujet : http://www.ffc.fr/actualite/la-federation-francaise-de-cyclisme-ouvre-ses-activites-de-loisirs-au-velo-assistance-electrique-vae/
 

Se faire payer pour faire du vélo

Roulez payé !

Etre payé pour se rendre au travail à vélo ? Un rêve pour beaucoup qui est depuis février 2015 bien réel suite au vote par l’Assemblée Nationale de la loi sur la transition énergétique, même si la Loi de Finances à l’automne prochain devra en déterminer les modalités pratiques.

Voulu par le Ministère des Transports dans le cadre de son plan sur la mobilité active, cette « vélorution » a été mise en place sous forme de test piloté par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) de juin à novembre 2014 auprès de 18 grandes entreprises volontaires.

Le bilan de cette expérimentation s’est révélé dans son ensemble positif, puisque plus de 400 salariés ont opté pour le vélo pour se déplacer de leur domicile à leur travail en lieu et place de la voiture ou des transports en commun.

A la clé, pour l’utilisateur de son vélo électrique, il en ressort une prime de 25 centimes par kilomètre, avec cependant un plafond fixé à 55 euros nets par mois. Et pour l’entreprise, une participation citoyenne qui va de pair avec les bénéfices engendrés sur la santé et donc la productivité de ses collaborateurs.

Cependant, s’il en ressort une participation doublée en termes d’utilisateurs (de l’ordre de 4.6% contre 2% en moyenne), on constate que les adeptes des transports et du covoiturage ont massivement répondu à l’appel là les automobilistes restent cantonnés dans leur schéma polluant…

Autre bémol, cette indemnité est jusqu’ici considérée comme un revenu et se doit donc d’être déclarée. Elle ne peut être cumulée avec la prise en charge par l’entreprise de toute ou partie des frais liés aux transports collectifs, pas plus que ceux de la location d’un vélo en libre-service.

Cette disposition n’est en outre proposée que sur la base du volontariat, et ce tant du côté des salariés qui demeurent libres du choix de leurs déplacements que des entreprises pour lesquelles le surcoût (de 40 à 43 centimes) induit n’est pas anodin.

D’ailleurs, depuis la fin de l’expérimentation, seule la moitié des entreprises adhérentes au test ont maintenu ce dispositif… De quoi demeurer prudent sur le succès d’estime de cette phase de test, réalisée qui plus est lors de périodes climatiques plutôt favorables…

Des évolutions sont cependant attendues par l’examen de la prochaine Loi de Finances, notamment sur l’exonération tant salariale que patronale des charges induites. Même si, pour cela, le montant par kilomètre pourrait être revu sensiblement à la baisse…

Wait and see donc… Toutefois, admettons que cette mesure va indéniablement dans le bon sens pour le bien-être des utilisateurs et la planète, d’autant qu’elle se cumule au nombre croissant de municipalités françaises proposant une prime pour l’achat d’un vélo électrique.

Circuler à Paris en VAE

Pour circuler dans les grandes villes comme paris, le vélo électrique est la solution idéale car vous évitez l'utilisation de votre véhicule avec les dépenses qui vont avec : carburant, entretien, parking.

Découvrir Paris sous un autre angle ou faire des balades en faisant un peu de sport, le vélo électrique permet de rouler vite sans effort en ayant une bonne autonomie de plusieurs dizaines de kilomètres.

Fini les embouteillages et le stress d'arriver en retard au boulot, le vélo électrique permet de mieux gérer ses déplacement à Paris sans compter que le nombres de pistes cyclable à augmenter ce qui est bon pour la sécurité de vos déplacements, attention toutefois de bien respecté le code de la route sur les feux et les Stop sous peine de se voir retirer des points sur votre permis de conduire.

C’est une chance, il y a beaucoup de pistes cyclables et les vélos électriques à Paris ont la possibilité de rouler dans les couloirs de bus. Vous ne pouvez pas vous tromper, c’est indiqué par le dessin d’un vélo sur la chaussée.

Consulter la carte des pistes cyclables à Paris et en banlieue sur www.iaurif.org.

Ecycle sera enchanté de répondre à toutes vos questions concernant votre projet d’achat d’un vélo électrique.
  • Vélo électrique Haibike
  • Vélo électrique BH Bikes
  • Vélo électrique CUBE
  • Vélo électrique KTM
  • Vélo électrique Riese et Muller
  • Vélo électrique NEOX
  • Vélo électrique Eveo
  • Vélo électrique Moustache
  • Vélo électrique Cyclo2
  • Vélo électrique Voltagreen
  • Vélo électrique Neomouv
  • Vélo électrique Matra

  • 4 fois sans frais pour l'achat d'un vélo électrique
  • Paiement CB pour l'achat d'un vélo électrique
  • Paiement par PayPal pour l'achat d'un vélo électrique
  • 4 fois sans frais pour l'achat d'un vélo électrique
  • Virement bancaire pour l'achat d'un vélo électrique
  • Paiement par chèque pour l'achat d'un vélo électrique
Haut de page